18,96 €
18,96 €
Quantité

Coup de coeur

Aller simple pour Pyongyang

(0/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

1962. Sans préméditation, le GI James Dresnock, 21 ans, souffre-douleur de son bataillon, franchit volontairement la DMZ, zone démilitarisée qui sépare depuis 1953 les deux Corée. Cueilli par l’armée nord-coréenne, il est installé dans une maison délabrée où le rejoignent bientôt d’autres soldats américains qui, comme lui, ont laissé derrière eux des vies minables et chaotiques. L’existence des quatre hommes s’organise tant bien que mal, entre petites combines pour éviter la famine, parties de jambes en l’air avec leurs compagnes coréennes et séances d’endoctrinement, sous haute surveillance idéologique – mais le pire ennemi, c’est peut-être l’ennui…

Si la peur de l’arbitraire et de la répression n’est jamais loin, ce roman prend le parti de l’humour pour décrire la façon dont les quatre Américains cherchent leur place dans une société absurde. L’auteur regarde avec une certaine tendresse ses personnages, leur médiocrité et leurs travers attachants.

FRAGMENT

« Oui, si James pouvait adresser une prière au Grand Leader, ce serait : “Ô Père Adoré, symbole de l’unification de la nation, délivre-moi de l’ennui. Donne-moi quelque chose d’intéressant à faire.“ En attendant, toujours affalé, il laisse baisser le soleil et la chaleur. La soirée finit par arriver : un mauvais repas, en général en silence, comme les punis à l’orphelinat. Une petite clope, dans le jardin enfin rafraîchi. Puis, après avoir fumé la cigarette jusqu’aux derniers millimètres, il l’écrase soigneusement contre le mur, et dit enfin à son sexe : “Allez, mon vieux. Maintenant, c’est ton tour ! Venge-nous de cette triste journée !" »

LES MOTS QUI VIENNENT

Corée du Nord – dictature – Américains - endoctrinement - désœuvrement 

ATOUTS

Un thème peu traité - un angle original - des personnages attachants

MOOD

Un dimanche après-midi gris et frais où tout semble marcher au ralenti, pour percevoir le temps à la manière des personnages.

Jean-Louis de Montesquiou est né en 1951. Il est aujourd’hui auteur, après une carrière dans la finance internationale, et plus précisément chez UBS France qu’il a dirigé. C’est à cette occasion qu’il a découvert la Corée du Nord qui fait l’objet de son ouvrage Aller simple pour Pyongyang (Éditions Exils, 2018). 

Collaborateur régulier du magazine Books (arrêté début 2023), il est également l’auteur d’un récit, Mont Athos (2015) et d’un essai, Écrire, disent-ils (2017).

Détails du produit

Aller simple pour Pyongyang - Éditions Exils

Fiche technique

Pages
220
Éditeur
Editions Exils

La presse en parle

ACTUALITTÉ

18 janv. 2018

Désert des Tartares au pays du Matin calme

Que sait-on vraiment de la Corée du Nord et de la dynastie des Kim ? Dans ce roman, voici l'histoire véridique (mais incroyable) de quatre soldats américains, déserteurs si l'on veut, qui passent la fameuse DMZ, la zone démilitarisée qui sépare depuis 1953 les deux Corées. On suivra donc James Dresnock et ses camarades sur trois décennies dans leurs aventures à Pyongyang, la capitale. Ces quatre hommes attendent, s'occupent comme ils peuvent, découvrent la vie nord-coréenne et le charme des femmes locales, et l'on voit peu à peu évoluer leur caractère... Ce que propose ici l'auteur, c'est une sorte de Désert des Tartares au pays du Matin calme, où le sexe et l'humour ne sont pas absents.

Avis des lecteurs

Commentaires (0)