le livre Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras Éditions de l’Antilope Jean-Pierre Gattégno
20,85 €
20,85 €
Quantité

Coup de coeur

Les Aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras

(5/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

Juan Figueras est donc le héros infortuné de ces aventures picaresques qui se déroulent dans l’Espagne du XVIIe siècle, en pleine Inquisition. Nous faisons sa connaissance alors qu’il n’a que treize ans et part étudier la prêtrise à Valence, loin des siens restés à Séville. Il va très vite devoir faire face à la violence, au vol et au mensonge, et cherchera à rejoindre sa famille. La route sera longue et parsemée d’embûches et de mauvaises rencontres : on l’accuse d’être un marrane, c’est-à-dire issu d’une famille juive convertie pour échapper à l’Inquisition.

Tout au long du récit, nous assistons à l’évolution de la pensée de Juan Figueras qui vit sa foi catholique sincèrement au début du roman et qui prend peu à peu conscience du côté parfois absurde de la religion. On suit avec délectation ce journal intime aux courts chapitres et au rythme enlevé, on plonge dans cette Espagne alors fanatique avec des descriptions précises et très documentées, et enfin on sourit grâce aux pointes d’humour qui affleurent malgré l’atrocité de certaines scènes.

FRAGMENT

« - Ici (…), on repère aussitôt le marrane. Malgré une allure qu’il voudrait dégagée, on sent chez lui l’inquiétude, le qui-vive permanent, ses muscles sont en perpétuelle tension, on dirait un fugitif qui vient d’être démasqué quand bien même il irait régulièrement à la messe, contribuerait aux œuvres de l’évêché, s’inventerait des péchés pour se confesser, se traînerait à genoux ou se flagellerait dans les processions ou irait jusqu’à devenir prêtre pour donner le change.

 - Je n’ai pourtant pas l’impression d’être sans cesse sur le qui-vive, comme vous dites. J’ai été élevé dans la foi catholique, tout ce qui concerne cette foi m’est familier, je n’éprouve nul besoin de faire semblant ni de me traîner à genoux dans les processions, lui répondis-je fièrement.

Il me regarda d’un air méprisant.

- Alors tu es un imbécile, tu n’as pas compris qu’on t’a élevé dans la foi catholique par prudence. »

LES MOTS QUI VIENNENT

Inquisition – religion - Espagne XVIIe siècle - aventures picaresques – marranes

ATOUTS

Rythmé - instructif - fait écho à tous les fanatismes religieux

MOOD

Avoir foi en l’humanité, malgré tout !

À NOTER

La violence / crudité de certaines scènes

Jean-Pierre Gattégno est né à Brive-la-Gaillarde en 1944. Il est l’auteur de dix autres romans publiés chez Calmann-Levy et Actes Sud couvrant des registres très divers (thrillers psychologiques, romans parodiques, roman d’initiation) dont certains adaptés à l’écran : Neutralité malveillante, sous le titre Passage à l’acte, adapté au cinéma par Francis Girod ; Mortel transfert, adapté au cinéma par Jean-Jacques Beineix ; Une place parmi les vivants, adapté pour la télévision par Raoul Ruiz.

Détails du produit

L’infortuné marrane Juan de Figueras - Éditions de l’Antilope

Fiche technique

Pages
448
Éditeur
Éditions de l'Antilope

La presse en parle

quantare

2018

(…) Comme chez Assouline, c’est une profonde connaissance et un vrai amour de l’Espagne qui irriguent le texte. Gattégno a le chic pour nous faire témoins de la duplicité ou du cynisme, de la désillusion comme de l’intrigue. (…) L’infortuné Juan de Figueras semble vraiment s’adresser à chaque lecteur lors d’un tête-tête confiant au cours duquel des épisodes dramatiques ou honteux se déversent sur la nappe comme une carafe de sangria.

encres vagabondes

fév. 2018

Un satire sociale et une réflexion profonde sur l’humanité

Avec un sens pénétrant du récit et avec tous les ingrédients du roman médiéval et picaresque Jean-Pierre Gattégno va suivre Juan de Figueras (…) Avec beaucoup de subtilité s'entremêlent les allusions et les clins d'œil aux romans de chevalerie espagnols. (…) La structure même du roman de chevalerie permet – sous l'idéal chevaleresque – une satire sociale et une réflexion profonde sur l'humanité. À la manière de Cervantès, l'auteur réussit parfaitement cet exploit. Bien entendu, derrière les aventures du marrane Juan de Figueras, Jean-Pierre Gattégno parle de notre temps. L'arrogance et le cynisme des grands d'Espagne ne sont-ils pas parmi nous ? Et le marrane et le morisque ne sont ils pas aujourd'hui encore fustigés et victimes des mêmes préjugés ? (…)

toute la culture

mars 2018

Un jolie aventure épique doublée d’une belle leçon d’histoire

(…)Le livre est un magnifique roman d’aventure pour ados, et pour tout passionné d’histoire qui découvrira le quotidien des marranes, l’Espagne de l’inquisition avec la police religieuse, les alguacil, avec les limpiio de sangre les sangs purs et les puerco de marrano, les cochons de marrane. On y apprendra entre autres curiosité l’existence des marranes inversés. Aussi, en filigrane, l’histoire du petit Juan raconte un universel, celui du faux semblant, celui de la difficulté d’être soi-même au sein de la société des hommes car au fond nous sommes toujours le marrane de quelqu’un. 432 pages d’une jolie aventure épique et individuelle doublée d’une belle leçon d’histoire.

Avis des lecteurs

Commentaires (2)
Note: