le livre Donne-moi encore cinq minutes de Yonatan Berg des éditions de l'Antilope
22,27 €
22,27 €
Quantité

Coup de coeur

Donne-moi encore cinq minutes

Pages:509
Éditeur:Éditions de l'Antilope
(0/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

Nés dans une colonie de Judée-Samarie, deux amis d’enfance vont prendre deux chemins différents. Bnaya vit une existence communautaire, rangée et religieuse auprès de sa femme et de leurs enfants jusqu’à la menace d’évacuation de l’implantation. Yoav a, quant à lui, décidé de partir suite à un événement traumatisant survenu pendant son service militaire. Après un voyage en Inde et en Amérique du Sud, il vit à Tel-Aviv un quotidien de perdition entre free parties, drogues et solitude. Les deux anciens amis, aux vies si disparates, devront chacun affronter des réalités qui s'apprêtent à les transformer profondément.

Ces personnages, si différents l'un de l'autre, touchent profondément par leur humanité à fleur de peau. On s'identifie, on les suit au plus près de leurs quêtes existentielles. Un texte qui conte avec sincérité le quotidien de ces femmes, de ces hommes où convictions cachent souvent des peurs et les certitudes de grandes blessures.

En se tenant loin à la fois de la complaisance et du jugement, Yonatan Berg permet de mieux comprendre la réalité de ces terres où il a lui-même vécu. Un très beau texte, de l'ampleur et du souffle.

FRAGMENT

« Tu crois que j’ai pris mon pied à mener de telles opérations ? Tu crois que quelqu’un, parmi nous, a pris son pied ? On était des gamins, on s’est mis sur pause pendant trois ans, tu n’as aucune idée de ce que c’est de rester huit heures à un barrage en sachant que tu peux te faire canarder de chaque buisson, que dans chaque voiture, il y a peut-être un groupuscule armé, prêt à t’abattre. (...) Tu crois que quelqu’un parmi nous avait compris ce qui nous arriverait ? »

LES MOTS QUI VIENNENT

Territoires – Colonies – Religion – Kibboutz – Politique - Traumatisme - Tel Aviv

ATOUTS

La profondeur des personnages – L'angle focalisé sur la problématique des colonies – une écriture généreuse

MOOD

Pour prendre une direction dans sa vie... 

À NOTER

Quelques passages très détaillés mais qui finalement nous permettent de ressentir de ce que vivent personnellement les uns ou les autres 

Yonatan Berg est né en 1981 à Jérusalem dans une famille pratiquante. Il a grandi à Psagot, une colonie juive de Cisjordanie proche de Ramallah. Mal à l’aise dans ce milieu religieux et nationaliste, après son service militaire et trois années à l’étranger, il s’installe à Tel-Aviv où il suit des études littéraires et obtient une licence de création littéraire et un master de bibliothérapie.

Également poète, Yonatan Berg a publié trois recueils de poésie. En 2013, il a obtenu le prestigieux prix Yehudi Amichaï pour le recueil Mifrasim kashim.

Donne-moi encore cinq minutes est son premier roman. Publié à Tel-Aviv en 2015, il a obtenu le prix littéraire du ministère de la Culture israélien.

Détails du produit

Yonatan Berg
Donne-moi encore cinq minutes - Éditions de l’Antilope

Fiche technique

Pages
509
Éditeur
Éditions de l'Antilope

La presse en parle

LE MONDE des livres

2018

Un livre audacieux qui tranche avec les débats outranciers autour de ce sujet brûlant

(…) Pour parvenir à ce texte, sans complaisance, ni dénonciation passionnelle, il fallait la plume et le souci d’équité de Yonatan Berg, né en 1981 et auteur d’une très remarquée œuvre poétique.

« Tout doit se faire à froid. Posément », écrivait Flaubert. Non que ce roman soit dépourvu d’émotion et de sentiments, bien au contraire, mais il met au jour avec une égale empathie le vécu intime de tous les personnages, y compris de ceux dont les choix et l’idéologie sont opposés à ceux de l’auteur. Lors d’un entretien au journal Haaretz, Berg a évoqué son enfance dans une colonie juive proche de Ramallah, qu’il a quittée après son service militaire, une enfance « libre, les pieds nus, innocente. Puis, à l’armée, j’ai compris combien le système qui avait permis une telle enfance, était injuste et source d’épreuves et de souffrance pour d’autres ». (…)

Liberation

2018

Ce roman résume parfaitement le dilemme d’une génération israélienne coincée entre devoir et conscience, peur et empathie

Le Figaro Littéraire

2018

Sans jugement

(…) Berg promène une loupe sur la vie quotidienne d’une génération d’Israéliens, marqués par le conflit. Né en 1981, dans une communauté religieuse, aujourd’hui, installé à Tel-Aviv, ville-monde moderne et festive, il sait de quoi il parle, et fait la part belle aux détails réalistes, tout en suivant l’évolution psychologique de ses deux personnages. Comment nier la réalité sans fracasser sa conscience ? (…) Au fil des pages, le lecteur se figurent la complexité des situations et des choix, le poids des circonstances et de l’Histoire, sans que s’impose à lui un jugement. (…)

Europe 1

13 jan. 2018

Un tour de force !

Bnaya et Yoav ont grandi dans une colonie juive de Cisjordanie, une implantation entourée de barbelés, entourée de villages palestiniens. Bnaya est resté vivre dans cette communauté nationale religieuse. Il s'est marié, a eu des enfants, enseigne dans une école religieuse. Yoav vit à tel-Aviv, ville très laïque, après avoir passé plusieurs années à l'étranger pour fuir un souvenir terrible de son service militaire. Il s'est immergé dans la drogue, les fêtes, la musique. Le temps de cinq jours - le temps du livre - tout change, l'atmosphère se crispe dans le village de Bnaya à l'annonce du démantèlement de la colonie. Yoav, lui, vient de faire un bad trip et a revécu son souvenir traumatique. Il décide d'aller au-devant pour s'en extraire définitivement.
C'est vraiment un regard de l'intérieur. L'écriture est assez forte, rythmée, elle plonge dans le quotidien et ralentit parfois dans les souvenirs des deux jeunes hommes. Le livre permet de toucher du doigt les problématiques des jeunes Israéliens d’aujourd’hui. C'est un tour de force en 500 pages !

Avis des lecteurs

Commentaires (0)