Petite Femme montagne de Terese Marie Mailhot  Dépaysage
18,96 €
18,96 €
Quantité

Coup de coeur

Petite femme montagne

Pages:176
Éditeur:Dépaysage
(0/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

Alors que l'auteure est internée à l'hôpital psychiatrique, elle entreprend d'écrire à son amour pour lui raconter sa vie. Autochtone canadienne, membre de la Première Nation de Seabird Island en Colombie-Britannique, elle revisite son enfance, sa mère poète et activiste, sa grand-mère féministe. Et puis il y a le père, celui qui a abusé d'elle lorsqu'elle était enfant…

Ce livre vérité écrit d'une plume incisive interroge les relations mère-fille, la maternité, le désir, la trahison, les amours déçus, la dépendance, l’abus et l’injustice. Des mots intimes, violents, captivants. Considéré par la presse outre-Atlantique comme « l'une des œuvres canadiennes les plus importantes de notre siècle », Petite femme montagne est un hommage à la résistance, souvent silencieuse, des femmes autochtones aux violences qui leur sont faites. Un texte puissant, un véritable coup de poing.

FRAGMENT

« Au fond de mon âme, qui est confinée comme notre vieille maison, je te vois couchée par terre sur le béton, et mon père debout au-dessus de toi. Je grimpe l’escalier à reculons, et je connais mes pieds comme jamais auparavant. Est-ce que je vous pardonne, à tous les deux ? Notre lumière est plus brillante au paradis. Tu es sans forme, pour moi, à présent. Malgré tout, ton pin et ton saule d’hiver continuent à vivre dans mon corps.Tout comme la graine d’olive de ma grand-mère et la colline de terre rouge. »

LES MOTS QUI VIENNENT

Premières Nations – Canada – féminisme – abus 

ATOUTS

Plume incisive – texte sans fioriture – un contenu fort

MOOD

Lors d'un grand voyage en Amérique du Nord

À NOTER

Petite femme montagne figure parmi les livres préférés de l'héroïne du roman La Sentence de Louise Erdrich (Prix Femina étranger) !

Terese Marie Mailhot est né le 15 juin 1983, est une autrice, journaliste et enseignante originaire de Canada et membre de la première nation de Seabird Island, en Colombie Britannique. Elle traite, à travers son œuvre, de la difficulté pour les peuples autochtones à trouver un équilibre entre traditions et adaptation à la vie urbaine du Canada. Elle aborde notamment la déchéance dans laquelle certaines réserves de natifs autochtones sont parfois laissées. Elle écrit pour la presse et enseigne la création littéraire à Purdue University et au Vermont College of Fine Arts, aux États-Unis. Petite femme montagne est son premier livre. Petite femme montagne a été classé comme bestseller par le New York Times, et recommandé par l'actrice Emma Watson pour son club de lecture.

Détails du produit

Petite femme montagne - Dépaysage

Fiche technique

Pages
176
Éditeur
Dépaysage

La presse en parle

La gazette

18 nov. 2021

L'une des œuvres canadiennes les plus importantes de notre siècle

Présentés sous la forme de mémoires, Petite femme montagne constitue l’une des œuvres canadiennes les plus importantes de notre siècle. Une voix comme on en entend peu, qu’il faut prendre le temps d’écouter.

le devoir

17 août 2019

Un petit bijou d'écriture

En plus d’être un petit bijou d’écriture, Petite femme montagne ouvre une porte sur l’intériorité des femmes autochtones, sur leur résistance silencieuse à la violence.
[...] Une voix comme on en entend peu, qu’il faut prendre le temps d’écouter.

actualitté

27 mai 2023

Un texte coup de poing

Dans ce texte coup de poing, Terese Marie Mailhot, membre de la Première Nation de Seabird Island, en Colombie-Britannique, parle de son enfance sur la réserve, du lien qui l'unit à sa mère et à ses fils. De son père abuseur. De son mari et de leur amour impossible et nécessaire. De la haine de soi, aussi. Et, surtout, de l'incroyable capacité à renaître au monde.

la presse CANADA

25 août 2019

Direct, précis, tranchant

Dans des termes directs, précis, tranchants, l’écrivaine de la Première Nation de Seabird Island, en Colombie-Britannique, y aborde la pauvreté, le pardon, la souffrance. Elle dit ses maladies. Son stress post-traumatique. Son trouble bipolaire. La solitude qu’elle a fuie. La présence des autres à laquelle elle a tenté d’échapper. L’abandon. La séparation. Et la douleur.

Avis des lecteurs

Commentaires (0)