le livre La Taupe rouge - Éditions du Canoë Julian Semenov
21,80 €
21,80 €
Quantité

Coup de coeur

Pages:480
Éditeur:Les Éditions du Canoë
(5/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

1945, la certitude de la victoire de l’Allemagne nazie commence à se fissurer dans l’entourage du Führer. Certains se laissent tenter par des discussions avec les Anglos-Américains afin de contrer les bolchéviques.
Stierlitz, agent russe, s’infiltre dans la garde rapprochée d’Hitler. Sa mission ? Lancer une opération pour éviter une quelconque alliance entre ces deux camps.
La grande Histoire est alors plus qu’imbriquée dans la « petite » et l’on côtoie au fil des pages Goebbels, Himmler ou Göring.

Parmi les grandes spécificités de ce formidable livre d’espionnage, on rencontre un héros-espion qui n’est pas du côté habituel ! Très attachant, il nous embarque avec lui dans les méandres et les enjeux des derniers mois de guerre, entre trahisons et rivalités, fiction et réalité.

L’auteur, Julian Semenov, a souvent été qualifié de « John le Carré russe ». On valide et on lit la suite pour vous… Captivant !

FRAGMENT

« Aux derniers mois de la guerre, à force d’entendre Hitler répéter de manière incantatoire que l’éclatement de l’alliance anglo-américaine-soviétique n’était qu’une question de jours, en l’écoutant jurer ses grands dieux que l’Ouest, après avoir mordu la poussière, viendrait encore quémander le secours des Allemands, beaucoup pensaient que c’était là sa façon de croire jusqu’au bout à une chimère sortie de son imagination maladive. Mais en l’occurrence le Fürher s’appuyait sur des faits !
(…) Les services de Bormann (…) avaient réussi à mettre la main à Londres dès le milieu de l’année 1944, sur un document top secret dans lequel figuraient les lignes suivantes attribuées à Winston Churchill : "Ce serait une terrible catastrophe si la barbarie russe anéantissait la culture et l’indépendance des vieilles nations européennes."  »

LES MOTS QUI VIENNENT

Allemagne nazie – espionnage – complot – Gestapo - SS

ATOUTS

Très documenté, un angle original - Amateur d’Histoire et d’espionnage : filatures, tortures, poursuites… tous les ingrédients sont là !

MOOD

Une irrésistible envie de se prendre pour un agent secret !

À NOTER

Un livre brillant mais pour un lecteur exigeant : ne pas s’effrayer au départ du nombre de personnages, des relations complexes… tout s’éclaircit par la suite ! - Adapté en série en URSS en 1973 (disponible sur YouTube) - Rattrapez votre retard, le Tome 4 vient de sortir !

Julian Semenov (1931-1993) est un écrivain russe, immensément populaire en Russie, cependant méconnu en France. Un musée lui est consacré en Crimée et la plupart de ses livres ont été adaptés à l’écran.

La chute de l’Union Soviétique en 1991 occulte son œuvre dans les pays occidentaux qui ne s’intéressent qu’aux écrivains dissidents.

Aussi remarquable que John Le Carré dont il constitue l’alter ego de l’autre côté du rideau de fer, il met en scène, dans la « série Stierlitz » que les Éditions du Canoë s’emploie à faire connaître, les enjeux géopolitiques de l’Union Soviétique.

Ami de Simenon, talentueux, fécond, exceptionnellement bien renseigné sur le grand jeu Est-Ouest, son œuvre est un continent à découvrir.

Détails du produit

La Taupe rouge - Éditions du Canoë

Fiche technique

Pages
480
Éditeur
Les Éditions du Canoë

La presse en parle

LE figaro littéraire

20 juin 2019

Le Simenon russe

(…). Un quart de siècle après sa mort, le génial Semenov est de retour. Et il apporte sur cette période jusque-là couverte par des auteurs anglo-saxons (Le Carré, Ludlum, Littel, Philippe Kerr) le regard d’un homme de "l’autre bord", cultivé, curieux, talentueux.

le monde

17 mai 2019

L’autre espion qui venait du froid

(…) Messages codés, informateurs, déguisements, passages de frontière clandestins, filatures, rendez-vous secrets, écoutes téléphoniques, agents provocateurs, pièges déjoués de justesse… Pas de doute, il s’agit bien d’un récit d’espionnage, lequel marie la sophistication à l’émotion. Issaiev, son héros fatigué à l’impeccable sang-froid, y apparait comme le digne alter ego de George Smiley, le maître espion de John le Carré.

L'humanité

27 juin 2019

Rouge et anticonformiste

(…) Le roman d’espionnage, captivant par sa dramaturgie et son sens du détail, se démultiplie (…) en un roman historique et un roman politique non moins haletants. Car Julian Semenov, écrivain remarquablement informé et cultivé, multilingue, ami de Graham Green et de Simenon, admirateur d’Hemingway, dans une URSS plus complexe qu’on voudrait encore le faire croire, travaille de façon similaire à John le Carré. Tout en nuances et subtilités, en ellipses et suggestions. Restituant l’ambiance délétère des dernières semaines du Reich, dans des lieux de pouvoir comme dans Berlin sous les bombardements. Son œuvre reste méconnue à l’Ouest. Il est temps de réparer cette ignorance en découvrant ce romancier de premier plan.

le magazine littéraire

juin-juil. 2019

Un Russe au carré

(…) Qui veut comprendre la Russie et son président-chef Vladimir Poutine doit lire Julian Semenov. Son héros, qui fut à la Russie ce que James Bond fut à la Grande-Bretagne, porte les valeurs du "rêve russe". Et suscita sans doute, par son immense popularité, bien des vocations guébistes.

courrier de la gironde

2019

Attention, chef- d’œuvre !

(…) Semenov tient son lecteur en haleine grâce à un talent narratif diabolique, une qualité d’écriture exceptionnelle et une empathie formidable avec son héros. (…) Au-delà de l’intrigue haletante qui donne envie de lire les autres opus consacrés à l’espion Stierlitz, c’est de toute une réalité de l’histoire soviétique, de ses mœurs et de sa mentalité dont le lecteur se régalera. (…) Attention, chef-d’œuvre ! Et vivement la suite.

Avis des lecteurs

Commentaires (1)
Note: