Le livre Pourquoi les hommes fuient ? d'Erwan Larher Quidam Editeur
20,85 €
20,85 €
Quantité

Coup de coeur

Pourquoi les hommes fuient ?

(5/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

Pourquoi les hommes fuient ? Il est surtout question d'un seul homme ici : le père de Jane qui a fui alors qu’elle n’avait que quatre ans. Elle a 21 ans aujourd’hui, a perdu sa mère depuis peu, vit de petits boulots et porte un regard acéré sur ses contemporains.

Elle va mener l’enquête pour retrouver ce père qui pourrait être un guitariste d’un groupe punk des années 80, disparu sans laisser de traces.

On s’attache tout de suite à Jane, l’écorchée vive, souvent trash, aux propos crus et au comportement très libre mais dont on comprend vite la détresse enfouie. L’évocation de la scène musicale des années 80/90, la crise sociale en arrière-plan, la jalousie comme les rancœurs, tout sonne juste. Et malgré cette vision finalement assez désenchantée de notre monde portée par Erwan Larher, on se surprend à rire très souvent.

Un texte puissant chargé d’énergie dans lequel on s’engouffre avec enivrement.

FRAGMENT Pourquoi les hommes fuient ?

 « Pendant que l'écrivain est aux toilettes, Jane checke ses profils. Il l'a saoulée avec ses remarques moisies, genre c'est malpoli de garder son portable sur la table, encore plus de répondre à ses messages. Invite une vieille la prochaine fois, Balzac ! Trois afters possibles, dont un mortel dans un squat d'artistes. Il y aura des substances et des potes zicos. Elle tape le nom de l'Écrivain. Aucun résultat. Bizarre. Elle l'a vu signer masse de bouquins au Salon du livre, aujourd'hui. Elle n'a pas dû orthographier son nom correctement. Elle regarde autour d'elle. Ils sont tous morts, dans ce restau. Assis bien droits, ils chuchotent, du moins ceux qui échangent, les autres clappent sans rien se dire, même des couples – plutôt crever ! Elle a envie de se lever et de hurler, pour voir, ou de montrer ses seins. »

LES MOTS QUI VIENNENT

Quête - trash – humour - réseaux sociaux - crise sociale

ATOUTS

Une galerie de personnages très incarnés – le rythme – la justesse

MOOD

En mode rébellion, après une écoute des Sex Pistols

À NOTER

Deux autres livres d’Erwan Larher chez My Fair Book : le roman Marguerite n'aime pas ses fesses et le récit autobiographique Le Livre que je ne voulais pas écrire.

Erwan Larher  est né à Clermont-Ferrand – hasard d’une affectation militaire paternelle. Un jour, suite à ce qui pourrait ressembler à une crise de la trentaine, il quitte l’industrie musicale dans laquelle il travaille pour se consacrer à l’écriture. Mais continue à écouter du rock avec plein de guitare dedans, écrire des paroles de chansons, des séries TV et jouer au squash. Récemment, il s’est aussi lancé dans la déraisonnable aventure de réhabiliter un ancien logis poitevin du XVe siècle pour en faire une résidence d’écriture. 

Après Qu’avez-vous fait de moi ? et Autogénèse (Michalon, 2011, 2012), il a publié L’Abandon du mâle en milieu hostile et Entre toutes les femmes (Plon, 2013 et 2015).  

L’Abandon du mâle en milieu hostile a reçu les prix Claude-Chabrol et Louis-Barthou (de l’Académie française) en 2013. Il est également l’auteur de Marguerite n’aime pas ses fesses (Quidam Éditeur 2016), Le Livre que je ne voulais pas écrire (Quidam 2017) et Indésirable (Quidam Éditeur 2021).

Détails du produit

Erwan Larher
Pourquoi les hommes fuient ?- Quidam

Fiche technique

Pages
356
Éditeur
Quidam

La presse en parle

L'express

2019

Une quête de paternité musicale et déjantée

(…) Alternant les voix et les registres avec une grande liberté stylistique (dont quelques néologismes audacieux) et beaucoup d’humour, l’auteur excelle surtout à brosser le portrait d'une gamine très attachante in fine. Narguer le système ou s'en extraire totalement, telle est (aussi) la question de ce roman électrisant comme un riff de guitare, attendrissant comme les larmes de cette rebelle dure au mal.

l'humanité

2019

Une langue comme identité

Un roman qui capte si remarquablement l’air de notre temps… [et qui sait] saisir avec un incroyable effet de réel la marche contradictoire du monde.

le parisien

2019

Un côté Virginie Despentes

Rock et rythmé, sur fond de grogne sociale que l’on sent monter. Il y a un côté Virginie Despentes dans ce Larher-là, en plus lumineux. On s’en réjouit.

Avis des lecteurs

Commentaires (1)
Note: