Les Heures suspendues selon Hopper - Catherine Guennec - Ateliers Henry Dougier
12,23 €
12,23 €
Quantité

Coup de coeur

Les Heures suspendues selon Hopper

Pages:123
Éditeur:ateliers henry dougier
(0/5)

NOTES DES LECTEURS

NOTRE PITCH

Catherine Guennec a écrit ce roman à partir de notes de la femme d’Edward Hopper et c’est donc cette dernière, Josephine Nivision, qui en est la narratrice.
Le récit a pour fil rouge le tableau Cape Cod Evening mais évoque plus largement leur vie de couple tourmentée ainsi que d’autres toiles de Hopper.
Elle-même peintre, “Jo“, comme la surnommait Edward, sacrifiera sa carrière pour son bien-aimé. Raconter l’œuvre de l’artiste par sa voix fait sens : l’atmosphère de ses toiles semble en partie imprégnée de ces 43 années de vie partagée.
Si le mystère de ses tableaux reste entier, on ressent terriblement la mélancolie qui imprègne le travail du peintre, ainsi que l’ambiance de Cape Cod où ils vécurent ces “heures suspendues“. Une lecture qui donne de précieuses clés pour plonger avec délectation dans l’univers de Hopper !

FRAGMENT

« 1939. Il avait bien travaillé. Année noire chez nous et en Europe mais année fertile pour Edward. Pas d’aquarelles mais cinq belles huiles. New York Movie (celle-là je l’adore), Pretty Penny (une commande), Briddles Path, Ground Swell et Cape Cod Evening.
Beaucoup d’Européens commençaient à arriver. Des Juifs allemands, des intellectuels, des artistes, des écrivains, des physiciens… Nous, nous vivions dans notre bulle, à la ville ou à la campagne, repliés sur nos disputes et nos peintures. Ed m’inquiétait parfois. Il me quittait la nuit pour d’interminables balades en ville. Mais quand il était content de son travail et si une valse de Strauss passait à la radio, il m’attrapait encore par la taille et nous tourbillonnions comme deux gosses. Heures exquises…
Je crois qu’il n’était pas mécontent de Cape Cod Evening. »

LES MOTS QUI VIENNENT

Hopper - couple – peinture – artiste - ego - mélancolie

ATOUTS

L’angle choisi pour traiter l’œuvre – apprendre tout en lisant un roman !

MOOD

Au crépuscule, l’été, en bord de mer

Catherine Guennec a publié une vingtaine d’ouvrages : des romans et des dictionnaires érudits et amusants sur la langue française. Elle est notamment l’auteure de L’Argot pour les nuls (éditions First). On lui doit aussi, dans la présente collection, La Sarabande des nanas selon Niki de Saint Phalle ainsi que Sous le ciel immense selon O’Keeffe.

Détails du produit

Les Heures suspendues selon Hopper - Ateliers Henry Dougier

Fiche technique

Pages
123
Éditeur
ateliers henry dougier

La presse en parle

Le Monde - Lunettes rouges

21 mars 2021

Remarquable

La plus grande partie du livre est consacrée à cette ambivalence entre haine et amour de Jo pour son mari. Elle ne cesse de se plaindre de sa froideur, de la manière dont il la néglige, de leurs disputes, de leurs batailles, tout en se disant incapable de vivre sans lui. Je ne sais ce qui est vrai et ce qui est romancé. Heureusement qu’au-delà de ces thèmes dans l’air du temps, sa description sensible des tableaux de Hopper est remarquable, et on oublie la litanie des disputes pour s’attacher au regard éclairé que Jo avait sur le travail d’Edward.

Attitude luxe

avril 2021

Une histoire d’amour presque sacrificielle

Le texte coule avec une telle aisance qu’il m’a semblé au travers de mots de Catherine Guennec, entendre véritablement parler Joséphine Hopper. Comme dans un tableau de Hopper, soudain la vérité crue et sobre se distille au fil de la vie quotidienne du couple. Une histoire d’amour presque sacrificielle, où l’art l’emporte sur tout le reste, jusqu’au bout et avec le consentement de la sacrifiée.

Sortir Paris

 1er avril 2021

Une écriture facile à lire

Les récits nous entrainent dans le quotidien des peintres, mais aussi des modèles ou dans les coulisses d'un studio ou d'une ville, avec une écriture facile à lire, qui plaira au plus grand nombre.

Fréquence protestante

avril 2021

Toujours passionnée

Nous sommes dans le réalisme d'une vie quotidienne sans prétention, mais toujours passionnée.

Le pavillon de la littérature

avril 2021

Le roman qui contextualise l’émergence du chef-d’œuvre

D’aucuns affirment que la peinture stigmatise l’absence de communication, la tristesse, la solitude des êtres, au sein d’un couple en l’occurrence. Et de fait Joséphine Hopper, narratrice du récit et épouse du peintre, confirme, en mode doux amer, le caractère houleux de leur relation conjugale, du huis clos de toute une vie. Peintre elle-même, Jo voit son talent évincé par le succès de son mari, son mépris aussi. Soutenu de nombreuses références, le roman contextualise l’émergence du chef-d’œuvre.

Connaissance des Arts

avril 2021

Agréable à lire

La nouvelle collection des ateliers henry dougier révèlent les petits secrets accompagnants la réalisation d'un tableau. Agréable à lire, celui consacré à l'énigmatique Cape Cod Evening d'Edward Hopper nous plonge dans la vie intime du peintre et des États-Unis au début du XXe siècle.

Univers des Arts

avril 2021

Un roman-thèse passionné conté dans un style fluide

En analyse romancée, Catherine Guennec dépeint l'essence de l'œuvre de Hopper. [...] Ce roman-thèse passionné est conté dans un style fluide, un rythme soutenu, dans l'acuité d'un tendre humour sous-jacent pour Jo Hopper, l'épouse de l'artiste et narratrice de substitutions... choisie par l'auteure.

L'Eventail

avril 2021

Un constat doux-amer

Fascinée par la toile Cape Cod Evening d'Edward Hopper, achevée en 1939, la romancière entreprend d'en décortiquer les éléments, les signifiants, de la situer dans le contexte de sa création, mais aussi de l'oeuvre globale du célèbre peintre américain et du couple houleux constitué avec son épouse Jo, la narratrice. Le constat est doux-amer, le mystère garde force plénière, preuve qu'encore et toujours la magie opère.

L'œil

avril 2021

Un ton mélancolique

C’est une femme, Jo, l’épouse d’Edward Hopper, qui prend la parole sous la plume de Catherine Guennec pour raconter l’histoire du couple de Cape Cod Evening. Mais, cette fois, le ton est mélancolique ; il est à l’image des « heures suspendues » des tableaux peuplés de fantômes esseulés de Hopper, et du couple silencieux que forment Ed et Jo.

Avis des lecteurs

Commentaires (0)